Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / Histoire / Boussoit
Actions sur le document

Boussoit

Superficie : 175 hectares.
Boussoit est traversé par la Haine et le Thiriau.
Son altitude est d’environ 59.6 mètres (entre 30m et 64.4m).

Boussoit

L’origine étymologique de Boussoit provient d’un nom de plante : le buis. En effet, le buis se dit en latin : buxum ; en y ajoutant le suffixe «-etum» désignant le lieu, on obtient «buxetum» qui signifie, logiquement, l’endroit où pousse le buis. Si on traduit le suffixe «-etum» en français, on obtient «ois» ou «oit».

Des documents de l’époque rapportent qu’au Xe siècle, Boussoit s’appelait Buxeide.

Des objets des époques paléolithiques et néolithiques ont été mis à jour sur le territoire de la localité.

Au commencement de la période féodale, Boussoit faisait partie des possessions des Comtes de Hainaut. L’un de ces souverains l’en détacha pour en faire une seigneurie distincte.
Les Comtes de Hainaut cédèrent la nouvelle seigneurie à la famille de Boussoit. Cette famille est restée illustre dans la région, non pas pour sa gouverne mais parce qu’un de ses membres, Jean Sausset, créa l’hôpital dédié à Saint-Julien (en 1286). Après la famille de Boussoit, le fief passa aux mains de la famille de Bois-d’Haine.
Ensuite, ce fut au tour des familles de Hainaut, de Warelles, d’Auxi, Boulenger, Ruffault, Lannoy, la Croix, du Chastel de la Howarderie, Rodoan, Du Mont, Rodriguez et Nédonchel de posséder les terres de Boussoit.
En l’honneur de la famille de Rodoan, et en particulier pour Philippe-François de Rodoan, le fief fut érigé en comté.

La paroisse de Boussoit reçut son autonomie en 1305.

La légende rapporte que c’est dans l’ancienne église de Boussoit que Waudru, l’épouse de Saint-Vincent et la future fondatrice de la Ville de Mons, prit la résolution de se consacrer à la vie religieuse.

Le village et le château fort de la seigneurie furent de nombreuses fois détruits notamment en 1554, sur l’ordre du duc d’Alençon qui avait pris parti pour les calvinistes de Guillaume d’Orange.

Le territoire de Boussoit ne comportait aucune entreprise ; seul le sous-sol était exploité par la Société des Charbonnages de Maurage (la Société disposait des sous-sol de Bray, Maurage et Boussoit pour son exploitation). Une grosse partie de la population de Boussoit était employée dans ces charbonnages et cela jusqu’à leur fermeture en 1961.

C’est surtout l’agriculture et l’élevage qui ont fait vivre le village.