Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / Musées / MiLL / IANCHELEVICI / Sculpture / Pierre
Actions sur le document
La taille directe dans la pierre

La taille directe dans la pierre

La phase de maturité

Ianchelevici sculpte de petites figures dans la pierre grâce au procédé de la taille directe qu’il exploite dès 1940. Contrairement au modelage où rien n'est plus facile que de modifier, retirer ou rajouter de la matière là où elle manque, la technique de la taille directe agit par soustraction de matière sans aucune possibilité de retour en arrière.

Cette technique est sans doute à l’origine d’une nouvelle conception de l’espace. Les figures se replient sur elles mêmes et, aux grands vides laissés entre les membres, succède la masse compacte du bloc. La difficulté de travailler la pierre a en outre imposé une simplification des formes. Les membres s’allongent, les surfaces deviennent lisses alors qu’une spiritualité investit davantage les sculptures.

Ianchelevici se met véritablement à sculpter le marbre et le grès à partir de 1945. La forme du bloc dicte le plus souvent ses exigences, l’artiste s’y soumet. Il se fait fort d’exploiter les contrastes entre la rugosité de la pierre brute et le poli des chairs humaines. Avant lui, Michel-Ange et Auguste Rodin que Ianchelevici admirait, avaient déjà expérimenté la confrontation de ces étapes de la taille.

Un changement de thème survient à la même époque, le sculpteur s’inspire désormais de modèles juvéniles. Ce ne sont plus ces figures d’hommes tourmentés au corps un peu lourd, à la musculature détaillée mais des silhouettes de très jeunes gens, des fillettes souples aux formes naissantes. Nécessitant une approche nouvelle, ces corps allongés et épurés perdent peu à peu en densité ce qu’ils gagnent en harmonie.

Son besoin d’expression contraint l’artiste à un travail constant. Se pliant à la discipline rigoureuse qu’impose le ciseau, il simplifie encore ses formes, les traits du visage se schématises. Les volumes sont désormais intimement liés à la matière. Les figures semblent naître du roc puis s’épanouissent, libres et douces, au fur et à mesure qu’elles se détachent du bloc.