Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / Musées / MiLL / Expositions / Archives / Voir la tasse

Voir la tasse

    • Quand ? Du 16/11/2013 14:00 au 22/12/2013 18:00 (Europe/Brussels / UTC100)
  • Ajouter un événement au calendrier iCal

Mélanie Cortembos, Ronny Delrue, Trini Gainza, François Goffin, Philippe Herbet, Denis Mahin, Marie-Eve Maréchal, Benjamin Monti, Joel Nepper Le point de vue singulier de neuf artistes sur les vestiges d’un lieu emblématique de La Louvière et de son histoire : la faïencerie Royal Boch. Une exposition ludique, poétique, transversale alimentée par les traces de la disparition de la manufacture. L’intention, à travers différents médiums, est d’emprunter un chemin singulier balisé par une fantaisie régénératrice pour parler de ce qui reste : poussière, matière, lumière, archives, courants d’air. Mélanie Cortembos grave : nappes, motifs et autres vaisselles. Comme dans une séquence, peu à peu le tout s'entremêle. D'une certaine confusion surgit l'essence même du motif, sa poésie. Ronny Delrue traite de la pollution, de la pétrification, de la pulvérisation; il est question de disparition, de relativité, de l’aspiration à la pureté... et de la traduction de certains états mentaux dans des représentations et des formes concrètes. Trini Gainza aligne les pages boursières des journaux pour souligner leurs structures, leurs redondances. En brouillant la lisibilité, elle insiste sur le caractère hermétique de l'économie de marché. Trini Gainza valorise la multitude de nombres dont elle redoute pourtant la signification potentielle. François Goffin Assiettes, tasses, cruches et autres, alignés, posés, dessinés. Une installation qui tend à représenter une nappe est constituée d'objet provenant de chez Boch. Le travail sur la couleur induit une réminiscence des motifs de Sonia Delaunay. Passionné de littérature autant que d’image, Philippe Herbet est un voyageur, un errant poétique. Il réunit ici une série de vingt ensembles de photographies avec textes manuscrits liée à ce cérémonial qu'est la dégustation du thé ou du café. Denis Mahin Des pièces hybrides, croissement de grues Caterpillar et de vaisselle, sont les « acteurs » d'une vidéo qui présente des processus de fabrication de pièces en terre. L'utilisation de l'animation et le montage des séquences révèlent un caractère acheiropoïète* aux céramiques. La bande sonore est réalisée par Renaud Carton et le montage par Louise Herlemont. (*) Une image acheiropoïète est une image dont l'origine est inexpliquée et serait miraculeuse. La contribution de Marie-Eve Maréchal allie le style de l’écriture, sa forme et son fond pour « montrer » que par une crise, quel que soit le décor, un tamis est à l’œuvre qui finit par mettre en lumière ce qui échappe à l’oubli. Force intérieure, conglomérat de racines et de dénuement, nettoyée par le déluge, elle est clairvoyante. Benjamin Monti : « Mes premiers contacts avec Boch remontent à l’enfance, aux repas familiaux autour d’assiettes transmises de génération en génération. Les entrelacs géométriques et les ornements végétaux composés par une succession de petits points et de hachures avaient un pouvoir hypnotique, ils ont dû me marquer autant que les ouvrages illustrés par Gustave Doré ou Horace Castelli. » Joel Nepper a choisi la photographie au collodion humide, car la fragilité du verre en fait un avatar idéal de la céramique gisant encore devant les fours. L’aspect artisanal, l'investissement personnel surtout DANS ce lieux – car tout doit être fait sur place – rappelle la présence ouvrière devant les chaînes.