Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Art public & Patrimoine / Chapelles / La Chapelle Notre-Dame-du-Puits
Actions sur le document

La Chapelle Notre-Dame-du-Puits

Situation : La chapelle trouve refuge sur une petite place (place de la chapelle-aux-Puits) au carrefour des rues du Quesnoy, de la rue du Perron à Trivières.

La Chapelle Notre-Dame-du-Puits

La chapelle Notre-Dame du Puits est une construction ogivale. Elle tire son nom d’un puits contigu à son mur de côté gauche. Sa création remonte au début du XVI siècle.
L’origine de la chapelle est assez curieuse.
Vers 1500, le seigneur de Trivières, Antoine de Namur décida de partir en pèlerinage en Terre Sainte. A son retour, il séjourna à la cour du Roi de France Louis XII. La légende rapporte que le souverain lui aurait fait don d’une épine de la couronne du Christ. De retour à Trivières, Antoine de Namur sollicita l’abbé de Saint-Feuillien (dont dépendait Trivières) pour ériger une chapelle destinée à abriter la précieuse relique. Le 18 février 1510, l’acte d’érection fut signé. Antoine de Namur fut enterré dans sa chapelle au milieu de l’édifice. Laissée à l’abandon, la chapelle fut détruite au XVIème siècle.
Vers 1664, un héritier de la famille de Namur fit renaître l’édifice et lui donna son apparence actuelle.
La révolution française causa aussi beaucoup de tort à la petite chapelle. Fin XIXème siècle, un rapport préconisa une restauration aussi rapide que minutieuse pour sauver le bâtiment. Ce fut chose faite et, à l’occasion, on y entama des fouilles archéologiques. La légende veut que les archéologues aient retrouvé le corps momifié d’Antoine de Namur, sa longue barbe toujours intacte. Il en fut peut-être tout autrement mais ce ne serait pas le seul exemple; l’histoire elle-même est truffée de détails les plus romantiques les uns des autres.
Entre temps, la pratique du culte avait repris. Les fidèles venaient implorer Notre-Dame de les sauvegarder des épidémies de choléra et de variole qui touchaient la région.
En 1942, de nouveaux travaux s’avérèrent nécessaires pour la sauvegarde de ce patrimoine religieux. Pour ce faire, Marie Weideman, une généreuse donatrice, fit refaire la toiture et la peinture intérieure; mais le sort semblait s’acharner sur la chapelle. En effet, un peu après les travaux précités, le sanctuaire dut de nouveau être fermée au public en raison de l’insécurité provoquée par les dégâts miniers.
Heureusement, un habitant de Trivières, Monsieur Jean Estiennes racheta à la famille de Wolff de Moorsel l’édifice.
Le 20 août 1982, la chapelle, à nouveau restaurée, fut ouverte au public.
Le sanctuaire abrite de plusieurs anciennes pierres tombales. Outre celle d’Antoine de Namur, deux plus petites rappellent la réalisation de deux miracles. Ceux de la résurrection de deux enfants morts à la naissance; par l’intercession de Notre-Dame-du-Puits ils revinrent à la vie le temps de leur conférer le baptême.
Chaque mois, on y célèbre une messe le jour de la fête de la Vierge. Le lundi de la Pentecôte est également décrété jour de pèlerinage à Notre-Dame du Puits.

La Chapelle Notre-Dame-du-Puits