Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma ville / Services communaux / Mobilité et réglementation routière / Actualités / Trottinettes électriques : bon à savoir !

Trottinettes électriques : bon à savoir !

La trottinette électrique

Depuis quelques temps, le développement de la trottinette électrique comme moyen de transport alternatif est en essor considérable. Certaines grandes villes l’ont même acceptée comme mode de déplacement partageable.
Dans notre paysage urbain, il n’est plus rare d’en rencontrer sur les routes qui mènent au centre-ville et au vu de la multiplicité des législations en vigueur, un petit résumé nous semblait important à vous soumettre pour la sécurité de chacun.

Que dit la législation ?

La trottinette électrique est considérée comme un engin de déplacement.
Si sa vitesse maximale autorisée était de 18 km/h précédemment, depuis le 01/06/2019, les 25km/h sont réglementaires.
Si le conducteur circule à l'allure du pas (soit au maximum à 6 km/h), il est simplement soumis aux règles applicables pour les piétons. Par contre, à partir de 7 km/h et au-delà, il sera alors soumis à la réglementation qui régit le comportement et la place des cyclistes sur la voie publique.

Rappelons que pour pouvoir conduire un engin de déplacement :

  • le port du casque n'est pas obligatoire.
  • Il ne faut pas de permis de conduire.
  • Il n'y a pas d'âge minimal.
  • il n’est pas nécessaire de souscrire une assurance obligatoire.
  • Il ne doit pas être immatriculé.


Entre la tombée de la nuit et le lever du jour ou en toute circonstance ne permettant pas une visibilité suffisante de 200 mètres, les utilisateurs circulant sur la chaussée ou la piste cyclable doivent être munis d’un feu blanc ou jaune à l’avant et d’un rouge à l’arrière. S’ils circulent sur le côté gauche de la chaussée, les feux seront inversés.
Au niveau du chargement, l’encombrement avant et arrière ne peut dépasser les 50 centimètres et latéralement les 30 centimètres.
​Enfin, un engin de déplacement non monté n'étant pas un véhicule, il peut être stationné sur le trottoir.

Nos conseils pratiques pour votre sécurité et celle des autres ?

Gardons toujours à l’esprit que son utilisateur reste un usager faible dont la seule carrosserie de protection reste l’épiderme, la peau. C’est pourquoi, nous vous conseillerons comme pour tout usager faible de :

  • S’entraîner à la maîtrise de l’engin dans un premier temps dans un lieu dépourvu de trafic et, si possible, accompagné
  • Revêtir en tout temps et encore plus en conditions météorologiques défavorables ou nocturnes, un habillement coloré voire fluo et rétro-réfléchissant.
  • Porter un casque de protection.
  • Porter des gants, si possible en cuir, car bien souvent, le réflexe est de tendre la main vers le sol en cas de chute et vous risquerez de rencontrer un objet tranchant (gravillons, morceaux de verre, clou…) ou de vous écraser les doigts sous votre véhicule.
  • Essayer de vous éloigner du trafic des véhicules plus imposants en cas de déviation ou de chute sur la chaussée. Bien sûr, il vous faudra vous référer aux règles en matière de vitesse ci-dessus en fonction de votre place sur la voie publique.
  • Prendre très attention aux ouvertures de portières des véhicules en stationnement, des sorties de véhicules d’emplacements ou de propriétés, des changements de direction… L’anticipation doit prévaloir sur l’attention qui reste également de mise.
  • Ne pas négliger la protection de la malléole en cas de chute en portant des chaussures remontant sur la cheville et sans talon.
  • Souscrire une assurance en Responsabilités Civiles familiales est conseillé pour les éventuels dégâts que vous pourriez être amenés à provoquer lors de vos déplacements.
  • Respecter les autres usagers de la voie publique et notamment les piétons.
  • Ne pas laisser des enfants de moins de dix ans utiliser seuls ces engins.
  • Respecter les normes de poids minimales et maximales pour l’utilisateur définies par le constructeur.


Notre zone de police n’est pas encore confrontée à l’explosion des trottinettes partagées qui cause de gros problèmes dans les grandes villes qui les ont adoptées, à savoir l’abandon sauvage à n’importe quel endroit. Mais prévenir, c’est guérir et il est un principe de libre circulation qui pourrait conduire à l’enlèvement administratif facturé au propriétaire pour tout engin qui causerait un dérangement ou un danger pour les autres usagers.

© photo : Phoneandroid.com